La ferme des Noyers, une histoire qui a mal commencé

La ferme des Noyers est une écurie de propriétaire située en bordure de forêt de Maisons-Laffitte.

Elle fut le premier lieu de résidence de Montmurat, dès son arrivée en région parisienne le 22 octobre 2008. Ecurie de propriétaire exclusivement, elle dispose d'installations de travail de premier choix et d'un accès direct à la forêt. L'écurie étant dépourvue de prés, l'unique paddock extérieur et le petit manège intérieur sont des lieux très disputés par les cavaliers pour aérer la centaine de chevaux qui y résident.

La saison 2008-2009 ne fut pas des plus heureuses pour le couple Audrey-Montmurat. Très rapidement, Montmurat, jeune cheval de 3 ans n'a pas supporté la vie en box exclusivement. Il cherchait sans arrêt à mordre les cavaliers lors de la préparation au box, il commençait à tiquer à l'appui en arrachant le bois de sa porte.

En travail monté, le moindre élément extérieur le perturbait, des pies qui s'envolaient aux chevaux qui sautaient sur la carrière. Emmanuel a joué un rôle prépondérant auprès d'Audrey pour assurer l'apprentissage peu facile de Montmurat. Fort de son expérience des chevaux, il a commencé le dressage de ce poulain sur le plat et l'a accompagné dans ses premières sorties en forêt. Il a du le prendre en main, l'apprivoiser tout en le rassurant. Les séances n'étaient pas toujours de tout repos...

dsc-0098.jpg 

Mais Emmanuel savait tirer le meilleur de lui et a développé à ce moment une jolie relation.

dsc-0204.jpg

Maud parvenait à le monter seule, mais avait plus de difficulté dans le travail à pied. Pour Audrey, c'était l'inverse. Les séances montées n'étaient pas une partie de plaisir, et ce, même encadrées d'un moniteur. Lors d'un cours particulier, Audrey s'est retrouvée embarquée sur la carrière parce qu'un cheval sautait à côté. Après plusieurs tours de galop à pleine allure, Montmurat fit un gros écart pour éviter un arroseur automatique. Ejectée de la selle, Audrey s'est retrouvée en-dessous de son cheval qui en l'évitant lui à taper le coude avec un antérieur. Bilan : nerf cubital écrasé, paralysie momentanée des deux derniers doigts de la main gauche et coup du lapin ayant entrainé de lourds problèmes de santé pendant les 6 mois qui ont suivi.

Audrey s'est alors concentrée sur le travail à pied, mais ce n'était pas simple non plus. Il fallait négocier l'entrée du petit manège pendant des dizaines de minutes et au paddock, il ne fallait jamais quitter sa chambrière et lui tourner le dos. Il entrait sans cesse dans un jeu de dominance conflictuel.

dsc-0025bis.jpg

Même les balades en main pour le faire brouter n'étaient pas à la portée de tout le monde. Il se campait pour refuser de regagner l'écurie. Lors d'une de ces sorties, il s'est même cabré par deux fois... la punition fut sévère et il n'a jamais plus eu ce comportement.

Lorsque les vacances sont arrivées et que Montmurat s'est retrouvé en pâture à Fervaques, tout fut différent. Chaque visite était ponctuée de longues balades dans les champs avec un cheval qui n'était plus du tout sur l'oeil et qui ne cherchait pas à dominer son cavalier. Enfin de bons moments partagés entre Audrey et Montmurat.

En septembre 2009, Audrey le ramène à la Ferme des Noyers, persuadée que cette nouvelle saison sera plus agréable, au regard des vacances écoulées. Mais dès son retour, Montmurat remontre des signes d'agressivité et recommence à réagir à la moindre sollicitation extérieure dans le travail monté. Une nouvelle année sous ces auspices est impensable. Audrey se met en quête d'un nouvel environnement pour essayer dans d'autres conditions avant de renoncer... Emmanuel, conscient qu'il commençait à développer une relation forte avec ce jeune poulain, alors que ce n'était pas le sien, la soutient dans sa démarche.

Montmurat est transféré aux Ecuries de la Croix d'Achères et Emmanuel s'efface pour laisser Audrey découvrir seule son cheval.